Eprus site - Un site utilisant WordPress
Header

La Réserve Sanitaire : un outil au service de l’Etat

La Réserve Sanitaire, c’est la réserve du ministère de la Santé. Elle est constituée, formée et gérée par la Direction alerte et crise de Santé publique France, une agence du ministère de la Santé dirigée par Pr. François Bourdillon. Elle est composée de réservistes sanitaires : des professionnels de santé, en activité ou retraités, qui s’engagent à intervenir en renfort lors de menaces ou de crises sanitaires graves, à la demande du ministère de la Santé. Ils sont médecins, infirmiers, directeurs d’hôpitaux, ingénieurs sanitaires, psychologues, … Ni bénévoles, ni humanitaires, ce sont des spécialistes capables d’apporter leur appui aux autorités et aux établissements de santé qui font face à une situation critique. La Réserve Sanitaire est intervenue environ 60 fois en 8 ans d’existence, en France (Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Bourgogne, Antilles, Guyane, Mayotte…) et dans le monde : Népal, Japon, Libye, Guinée, Haïti, Maroc, Irak, Mali, La Dominique…

2500

La Réserve Sanitaire intervient en France ou à l’étranger

En France, la Réserve Sanitaire intervient en appui dans des établissements de santé en difficulté, notamment lors d’événements de grande ampleur (cérémonies mémorielles de 2014 en Normandie, teknival 2015), ou en cas d’afflux massif de patients (épidémies de zika 2013, chikungunya 2014, grippe 2015). La Réserve Sanitaire permet au système de santé de mieux répondre lors de pics d’activité liés aux situations exceptionnelles. Des réservistes peuvent aussi être mobilisés auprès d’une Agence régionale de santé ou d’une préfecture qui présentent un besoin urgent de renfort en spécialistes de la santé publique. Lors de crises à l’étranger, des réservistes sanitaires peuvent être appelés pour renforcer la cellule de crise du quai d’Orsay, chargée d’organiser le retour de compatriotes blessés ou choqués, et de tenir les familles informées (Fukushima, crash Air Algérie 2014, accident de car à Cuba 2014,…). Ils peuvent également être mobilisés auprès d’une organisation internationale (OMS) ou d’une ambassade, pour gérer la dimension médicale d’une crise de grande ampleur (Népal, 2015, Ebola 2014-2015) ou aider les autorités locales à mieux organiser leur offre de soins (Libye 2011, Mali et Guinée 2014). Ils interviennent également en renfort auprès d’équipes soignantes (centres de traitement Ebola en Guinée).

multi_img_1 
multi_img_4
multi_img_3
multi_img_2
La Réserve Sanitaire prépare l’urgence pour mieux y répondre

Préparer l’urgence, c’est avoir en permanence des professionnels de santé formés et du matériel médical prêts à partir. Les réservistes sanitaires bénéficient de formations généralistes et spécialisées (pour Ebola par exemple), en présentiel et en e-learning, à froid de façon planifiée et « à chaud » juste avant un départ en mission. Ils sont régulièrement mobilisés pour des exercices terrains grandeur nature, où ils sont immergés dans les situations auxquelles ils pourraient avoir à faire face. Ces formations régulières permettent de maintenir en capacité opérationnelle le vivier de professionnels de santé, et d’entretenir leurs compétences et leur motivation. Ils restent aussi mobilisés grâce aux réseaux sociaux de l’EPRUS : Facebook, Twitter, Instagram, Blog, qui entretiennent au quotidien l’esprit de la communauté, leur donnent un espace de partage d’expériences et de dialogue.

big

L’établissement pharmaceutique de l’EPRUS :
les moyens médicaux au service de la sécurité sanitaire

La Réserve Sanitaire s’appuie sur l’établissement pharmaceutique de l’EPRUS pour mener à bien ses interventions. L’établissement pharmaceutique est un service de l’EPRUS qui fournit le matériel, les produits et dispositifs médicaux nécessaires aux missions (tenues de protection, médicaments, …). Il gère également le stock stratégique national de produits de santé, destiné à faire face aux différentes menaces sanitaires (biologiques, chimiques ou radionucléaires) : actes terroristes, accidents de radiocontamination, situations épidémiques, etc. Ces stocks sont gérées pour le compte du ministère de la Santé et tenues à disposition, dès que nécessaires, des établissements de santé. Ils comportent aussi des produits rares, dont les hôpitaux ne disposent pas (anti-toxine botulique par exemple), que l’EPRUS est capable de livrer 24h/24. Ces stocks permettent une mutualisation des moyens et une rationalisation des coûts tout en assurant la qualité et la sécurité des produits et équipements concernés.

2multi_img_1 
2multi_img_2
2multi_img_3
2multi_img_4

La Réserve Sanitaire engage en permanence

Si la Réserve Sanitaire compte suffisamment de médecins généralistes ou d’aides-soignants, elle doit en revanche recruter davantage certaines spécialités pour être assurée de pouvoir intervenir sur tout type de mission :

  • Auxiliaires de régulation médicale
  • Pédiatres, sages-femmes
  • Psychiatres, psychologues, membres des cellules d’urgence médico-psychologiques
  • Infirmiers anesthésistes
  • Epidémiologistes, médecins de santé publique
  • Hygiénistes
  • Techniciens de laboratoire